Vous êtes ici : Accueil > REFONDATION DES L.C.A. > Mondes anciens - Mondes modernes > D’Abraham Ortelius à Moby Dick

Documents joints

Publié : 8 juin 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

D’Abraham Ortelius à Moby Dick

ou quand des latinistes de 3e deviennent traducteurs officiels et écrivains

En 1570, Abraham Ortelius, géographe établi à Anvers, ami de Mercator et Brueghel, fait paraître le premier atlas universel : Theatrum Orbis Terrarum. Cinquante-trois planches portant soixante-dix cartes représentent l’Ancien et le Nouveau Monde.

En mars 2014 se met en place à La Passerelle, dans le Morbihan, l’exposition De Jonas à Moby Dick, variations autour d’un cachalot, qui rassemble des plasticiens et écrivains.

Le Grand Organisateur de cette exposition désire inclure la carte d’Islande, extraite du Theatrum Orbis Terrarum, accompagnée de ses légendes en latin et en français.


Malheureusement la traduction en français demeure introuvable sur le net. Qu’à cela ne tienne, les latinistes de 3e du collège Le Hamelet à Louviers se lancent dans l’aventure.

Organisation des ateliers de traduction
Les différentes lettres des légendes sont confiées à des groupes de trois ou quatre élèves.
1re étape : retranscrire les légendes latines du 16e siècle.

2e étape : s’attaquer à la traduction ! Les phrases ne présentent aucune difficulté syntaxique. A l’issue de cette étape, les élève sont devenus experts en coudées et en aunes.

Il ne leur restait plus qu’à envoyer le tout au Grand Organisateur.

Ouvertures et prolongements

Pline l’Ancien
On ne pouvait travailler sur les légendes d’Abraham Ortelius sans remonter aux sources. Petit détour donc par la Naturalis Historia, IX,4 de Pline L’Ancien

Moby Dick
On ne pouvait participer à une exposition intitulée De Jonas à Moby Dick, sans se demander qui est Moby Dick - Jonas semblait plus connu.
Nous avons lu des passages du roman de Melville, regardé de près des planches de l’adaptation de Chabouté, vu des extraits du film de John Huston.

La lettre R
Inévitablement l’idée est venue de rajouter aux légendes d’Abraham Ortelius, une lettre, le R, qui serait consacrée à Moby Dick. Il ne s’agissait pas là d’un anachronisme : la célèbre baleine blanche étant immortelle, il a dû lui arriver de nager dans les eaux islandaises au XVIe siècle !
Toute similitude avec les textes du Cartographe ou de Pline l’Ancien n’est pas fortuite...