Vous êtes ici : Accueil > REFONDATION DES L.C.A. > LCA et Multilinguisme > Atelier : LCA et langues étrangères
Publié : 12 février 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Atelier : LCA et langues étrangères

Comment le cours de LCA permet-il effectivement de développer la maîtrise d’une ou plusieurs langues vivantes ?

Présentation de l’atelier par l’animateur

Il faut rendre ce fait tangible, palpable, visible, perceptible.
Il faut développer et installer des pratiques pédagogiques qui accroissent cet apport des LCA aux langues vivantes.

Le contexte : les langues en Europe.

Une carte des langues romanes en Europe.
http://racamg.perso.sfr.fr/Imageslanguedoc/carte-langues-romanes-DOM.jpg

L’arbre généalogique des langues d’Europe : www.europschool.net

Quelques chiffres sur les langues d’Europe et les dix langues les plus parlées dans le monde : http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/monde/langues_romanes.htm

Cinq pistes de travail :

1. Travailler un lexique multilingue pour en souligner l’apport latin et grec.
Dictionnaire multilingue, Sélection Readers Digest, 1996
2. Explorer les dérivés multilingues d’une base latine ou grecque.
3. Étudier la part des mots latins et grecs dans la langue anglaise, dans la langue allemande. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Anglais
4. Proposer, outre la traduction en français, une traduction dans une langue européenne.

Un exemple, avec l’Énéide, chant VI, vers 265-272.

5. Repérer les familles de langue, mais aussi les héritages gréco-romains dans l’art, les institutions politiques, les voies de communication…

Ressources étymologiques

Dictionnaire étymologique en ligne des racines latines et grecques de l’anglais : http://wordinfo.info/
Un portail des dictionnaires étymologiques en ligne de plusieurs langues européennes : http://www.lexilogos.com/etymologie.htm#anglais
Un site suisse très pédagogique : nombreuses rubriques, exercices autocorrectifs, latin dans l’informatique etc. http://www.latein.ch/sprache/etymologien/

Exemples de pratiques pédagogiques

Trois professeurs de Lettres classiques de l’académie de Strasbourg :
- Carine Hassler, Collège Gambetta, Riedisheim,
- Christophe Bouchoucha, Lycée Schuman, Haguenau,
- Gérald Renaudot, Lycée Marie Curie, Strasbourg.

Exemple de pratique au collège, par Carine Hassler : Comment créer des liens entre les langues vivantes et les LCA ?

Quatre pistes de travail :

1 - Développer la capacité à comprendre une langue étrangère sur la base d’autres langues qui lui ressemblent : établir des liens entre les langues romanes.
http://www.unilat.org/DPEL/Intercomprehension/Itineraires_romans

2 - Inscrire latin et grec dans un panorama diachronique de l’histoire des langues pour en faire saisir la place majeure et fondatrice.

Activités : réalisation d’un schéma heuristique présentant les dérivés d’un mot latin en français et dans les langues étrangères où ils existent (exemple : dérivés de flos) ; élaboration d’une pyramide étymologique à partir d’un mot-source, en indo-européen (exemple : pater et πατήρ, dérivés de *ph2tér, ainsi que les mots issus de cette racine dans les langues européennes).

3 - Établir des liens entre langues anciennes et langues d’aujourd’hui : latin et italien, grec ancien et grec moderne.

4 - Rendre les langues anciennes visibles en les intégrant à la vie quotidienne des élèves dans l’établissement. Exemple : signalétique en LV et en langues anciennes dans l’établissement.

Exemple de pratique au lycée, par Christophe Bouchoucha.

Comment l’étude des mythes antiques en LCA conduit-elle les élèves à acquérir des
connaissances et des compétences dans le domaine des langues et littératures européennes ?

Ce travail est réalisé dans le cycle terminal, au moment où les élèves ont acquis un certain nombre de compétences linguistiques. Il s’agit donc d’ouvrir les perspectives et de les mettre en contact avec les cultures allemande et anglaise, sans négliger pour autant l’approche purement grammaticale.

Le mythe de Médée tel qu’il est repris par Sénèque et les réécritures modernes conduit à aborder différentes littératures et différentes cultures. Le programme des langues vivantes pour le cycle terminal indique l’entrée culturelle suivante
« Gestes fondateurs et mondes en mouvement ». Les IO préconisent l’étude des notions de « mythes et héros ». Il s’agit, comme l’explicitent les IO, de décoder la complexité des référents culturels qui sous-tendent les langues vivantes tant en parcourant leur histoire.

L’œuvre de Sénèque est étudiée selon trois perspectives :
- le genre théâtral et sa représentation
- la figure de Médée, personnage féminin abandonné par les hommes
- Une lecture politique et anthropologique du mythe

Ces trois entrées donnent l’occasion de mettre en perspective l’œuvre antique avec les littératures
européennes sous différents angles préconisés par les IO des langues vivantes :
- Croyances et représentations
- Histoire et géopolitique
- Langue et langages
- Littérature

Axe 1 : Réflexion générique : le théâtre tragique latin et son évolution. Le spectacle tragique :
ses origines et son évolution dans les cultures européennes.

1 - L’étude du furor chez Sénèque.
Cet aspect peut s’étudier à travers plusieurs extraits de la pièce de Sénèque :
- Sénèque, Médée, 684-689 : récit de la nourrice,
- Sénèque, Médée, 832-839 : invocation d’Hécate,
- Sénèque, Médée, 978- 1027 : ultime scène entre Médée et Jason.

2 - « Horror, Horror, Horror », Shakespeare, Macbeth, 1606 : le goût du spectaculaire dans la tragédie élisabéthaine.

3 - Heiner Müller, Medeamaterial, 1982 : l’effet de distanciation (Verfremdungseffekt –Brecht).

Axe 2 : Le destin tragique d’une fille, d’une épouse et d’une mère.

1 - Le dolor de Médée dans la pièce de Sénèque.

2 - Une lecture moderne et féministe de Médée : Christa Wolf, Medea. Stimmen, 1996.

Axe 3 : Interprétations anthropologiques et politiques du mythe.
1 - Le sens anthropologique et les enjeux politiques de la pièce de Sénèque : une critique de l’impérialisme romain ; le pouvoir des femmes à la cour ; Médée, la figure monstrueuse de la tyrannie ?

Corpus :
- Sénèque, Médée, vers 191-201,
- Sénèque, Médée, vers 301 à 317 et 329 à 334. Passage du chœur,
- Sénèque, Médée, vers 490-514.

2 - Heiner Müller, Medeamaterial, 1982 : La liberté de l’individu confronté aux systèmes étatiques : l’utilisation du mythe est un code qui permet à l’auteur d’échapper aux censeurs est-allemands des années de guerre froide.
Müller trouve chez Sénèque d’autant plus d’intérêt que la Rome impériale lui semble proche de la RDA par le fait qu’elle impose une structure étatique qui « coupe plus profondément dans le vivant ».

3 - Christa Wolf, Medea. Stimmen, 1996 : une œuvre significative de la Wendeliteratur : l’histoire de Médée, revue et corrigée à la lumière de l’histoire contemporaine. Il semble s’agir aussi de la situation de l’Allemagne après la réunification. En 1996, le contexte est celui de la Wende, le Tournant en Allemagne, celui de la réunification de l’Allemagne et de la rencontre entre deux mondes.

Conclusion :
C’est à travers l’étude des mythes que l’on peut tisser des liens entre l’enseignement des LCA et des LV.

Proposition de pratique au lycée, par Gérald Renaudot.
Comment donner au latin le statut de langue de communication ?

Trois pistes de travail :

1 - User du latin comme d’une langue vivante Réflexion née de la lecture de « Plaidoyer pour le latin, langue de l’Europe » par Claude Bourrinet.
http://www.esprit-europeen.fr/agora_enjeux_et_debats_latin

Activité : Mettre en place avec un professeur de langues vivantes, en interdisciplinarité, un « chat » avec un autre établissement scolaire (en France ou à l’étranger) où les échanges se feraient à la fois en latin et dans une langue vivante étrangère.

2 - Prendre conscience de la dimension affective de la langue
Hypothèse : Lorsque nous devons utiliser une langue étrangère, nous choisissons, entre deux mots de sens équivalent, celui dont nous connaissons mieux l’étymologie. Il semblerait que nous entretenions une sorte de rapport affectif avec les langues vivantes.

Activité : Là encore, avec un professeur de langues vivantes, travailler sur une liste de synonymes et demander aux élèves de choisir le(s) mot(s) qu’ils choisiraient de placer dans un texte qu’on leur demanderait de rédiger. Cela permettrait de voir qu’un mot est porteur d’une histoire, et que le latin (ou le grec) nous aident à la connaître, mais cela pourrait aussi faire prendre conscience aux élèves qu’un mot se choisit en fonction de critères affectifs. Et connaître, c’est commencer à aimer.

3 - Découvrir un pays et ses monuments par l’épigraphie

Exemple de la tombe d’Isaac Newton.
Nous pouvons également, grâce à cet exemple, faire un clin d’œil à un ouvrage littéraire que connaissent sans nul doute nos élèves, le Da Vinci Code de Dan Brown, et créer ainsi un nouveau pont, entre cette fois latin et littérature contemporaine.

Préconisations

Mettre en évidence la forte présence des LCA dans les langues européennes en mettant à profit l’histoire et le rapprochement des langues par l’étymologie, au collège, la fertilité des mythes, au lycée.

Rapporteur : Christine Méry, IA-IPR, Académie d’Orléans-Tours